Article rédigé par Christèle Maitre, designer freelance.

 

 

Un des moments que je préfère dans mon métier de designer, c’est lorsque je présente mon travail à un client. Mais ça n’a pas toujours été le cas. Au début j’appréhendais cette étape car j’avais du mal à défendre mon travail, et les remarques pouvaient me déstabiliser… Ce n’était pas que j’étais mauvaise, mais je manquais d’expérience, et surtout, je pensais que mes propositions allaient se vendre toutes seules. Mais c’est faux, une création, même excellente, ne se vend pas toute seule !

 

Qu’est-ce qui fait qu’un client va aimer la création qu’on lui présente ?

On imagine que c’est parce que cela répond parfaitement à son besoin. Pourtant, ça nous est tous déjà arrivé de nous voir rejeter une proposition alors qu’elle nous paraissait être une très bonne réponse à la demande. Et d’avoir le sentiment que le client n’avait pas du tout compris nos choix… Certaines présentations se passent mal et faire du bon boulot ne suffit pas. Pour que votre création soit approuvée, vous devez tout d’abord gagner la confiance de votre client, et pour ça il est primordial qu’il comprenne comment vous en êtes arrivé là. C’est en découvrant votre logique qu’il donnera toute sa valeur à votre travail.

 

Qu’est ce qu’une logique en création ?

Nous pourrions définir la logique de création comme une suite d’événements donnant naissance à un résultat. Si on prend un produit de grande consommation, c’est en général ce que le consommateur ne voit jamais. C’est même ce que les industriels veulent nous cacher. Par exemple la recette du Nutella : ils nous la cachent parce si on savait comment il est fabriqué, nous arrêterions probablement d’en acheter. Au contraire, dans le métier de designer, c’est justement notre façon de travailler qui va donner envie à un client d’adhérer à notre travail.

 

Voici 5 conseils pour convaincre son client lorsqu’on est designer freelance:

1. Guider 

On ne peut pas savoir à l’avance qui suivra votre travail. Si vous avez de la chance, ce sera la même personne du début à la fin, mais si vous en avez moins, ce sera le Big Boss qui découvrira votre proposition le jour de la présentation. Mais ça peut aussi être sa femme ou un petit stagiaire. Toutes ces personnes auront des informations plus ou moins précises concernant du projet, mais surtout, vous n’aurez aucune idée des informations dont ils disposent et de leur compétence à juger objectivement votre travail. Moins on a de données, plus on a tendance à juger de manière aléatoire.

Pour éviter les jugements arbitraires, il faut guider le client et lui donner les bonnes raisons d’aimer ou de ne pas aimer votre travail. Et surtout il faut éviter de le laisser démuni et sans substance pour pouvoir vous faire un retour pertinent, surtout si vous proposez un concept osé.

 

2. Apporter des clés de compréhension

Il est important de s’assurer que le client a les mêmes données que vous pour se faire son avis. Le but est de déterminer des repères communs pour trancher sur la pertinence de votre proposition. Il s’agit de se baser sur le brief de départ bien sûr, mais ce n’est pas tout. Vous pouvez aussi expliquer une logique ou la connaissance qui se cache derrière un choix, le processus qui vous a mené à une solution, la technicité qui impose certaines contraintes, des recherches qui vous ont inspirées, des tests qui ont confirmé une hypothèse…

Il y a diverses étapes liées au processus de création, mais chaque designer les adapte à sa manière. À vous d’apporter les clés qui aideront votre client à bien comprendre comment vous êtes arrivés au résultat final.

 

3. Rassurer

Votre design est simple et le client le voit simpliste ou trop facile à faire ! Avez-vous déjà eu le sentiment qu’un client était insatisfait parce qu’il avait l’impression que vous n’aviez pas assez travaillé ? Pourtant vous savez que ce n’est pas le cas, alors comment expliquer cette réaction ? Certains clients sont inquiets par nature, et voudront être sûrs qu’ils en ont eu pour leur argent.

Le monde à tendance à nous agacer avec tout cet esthétisme superflu. C’est un peu comme la tendance du « glossy » en webdesign, à base de fausse 3D et de reflets à outrance : c’est éclatant sur la forme, mais vide au fond !

Avec le temps cette esthétisme excessif peut devenir une référence inconsciente pour des esprits novices. C’est notre rôle de designer d’apprendre aux autres à reconnaître la sophistication dans la sobriété. Expliquer votre logique de création alors que le produit a l’air simple, c’est d’une part montrer que vous avez bossé dur, et surtout que votre devis est justifié.

 

4. Initier

Pour beaucoup d’entre nous, la présentation d’un projet ressemble à un oral d’examen et cette idée n’a rien d’agréable. Mais nous pouvons changer cela : la ruse consiste à en faire un moment d’initiation pour le client. Durant tout le temps que dure un projet, la présentation est peut-être le moment où votre client sera le plus attentif, profitez-en pour lui apprendre plein de choses sur votre métier. Cela l’aidera à mieux comprendre toutes les connaissances que vous possédez. Vous montrerez que vous êtes consciencieux et  professionnel, ce qui aura pour effet de booster votre lien de confiance.

 

5. Donner du sens

Nous adorons savoir comment sont fabriquées les choses. Ainsi les making-of sont parfois plus passionnants que les films eux-mêmes. Découvrir les back-stage d’une création amplifie notre attachement et nous aide à mieux nous l’approprier. Racontez comment naissent vos idées !

En donnant du sens à votre design, votre travail aura plus de profondeur et le client lui donnera de la valeur. Savoir comment une idée vous est apparue, d’où elle vient, change leur façon de la percevoir et les aide à la comprendre et à l’accepter. Votre méthode de fabrication est ainsi un fil conducteur pour pouvoir apprécier votre travail, mais aussi le critiquer de manière concrète.

 

Ne jouez pas au magicien !

Pour mon travail, je dessine très souvent. Et je rencontre aussi beaucoup de personnes qui me regardent médusées faire mes croquis, comme si je venais de réaliser un tour de magie. Ils me confient qu’ils rêveraient de savoir dessiner eux aussi, un peu comme si c’était un don surnaturel. J’ai souvent envie de leur répondre : « Je vais te révéler mon secret, achète un bloc de papier, un bon crayon, et passe les 10 prochaines années à travailler ».

Les clients prennent les designers pour des magiciens car ce que nous faisons leur paraît obscur. Ils n’ont pas conscience du travail qu’il y a derrière, parce que nous n’avons pas l’habitude de leur montrer comment nous travaillons. Ainsi si nous voulons être pris au sérieux, nous ne devons pas les laisser croire que la création est un don surnaturel. Pour ça, si on doit impressionner nos clients, c’est par les efforts que nous mettons en place à trouver les idées pour répondre à leurs besoins.

Il y a une énorme différence entre un magicien et un designer : le magicien vous éblouit avec son tour parce qu’il vous cache son secret. Le designer quant à lui, vous présente quelque chose d’éblouissant, mais il vous impressionne quand il vous révèle comment il l’a conçu !