Focus sur une école qui forme les développeurs de demain

L’Epitech, l’École de l’innovation et de l’expertise informatique fondée en 1999, est-elle devenue la référence en matière de formation des développeurs en France aujourd’hui ?

Comme l’explique Marc Sellam, Président du groupe Ionis Education Group, «Epitech oppose un modèle totalement innovant, en phase avec l’univers mouvant des technologies de l’information. Car l’informatique a besoin d’experts non pas formés à telle ou telle technologie, certifiés en ceci ou en cela, mais ayant une parfaite connaissance scientifique et technique de l’existant et dotés d’une capacité à intégrer toute nouveauté».

Depuis sa création, l’école ne cesse de prendre de l’ampleur et de faire parler d’elle. Nous avons interrogé Pascale Chevassu, Head of Career Developement Center & Alumni Office à lEpitech pour en savoir plus sur la formation des développeurs. Chargée du développement des partenariats avec les entreprises, de la création et du développement d’activité pédagogiques, elle anime également la communauté des élèves de l’Epitech, répartis sur douze campus dans toute la France.

Étudiants à l'Epitech

Étudiants dans les locaux de l’Epitech

Une sélection basée sur la motivation

Contrairement aux méthodes classiques de sélection des écoles françaises, l’Epitech ne recrute pas ses étudiants sur dossier ou sur concours. L’exigence minimum de l’Epitech, c’est le baccalauréat. « Nos entretiens sont basés sur l’étude de la motivation de l’étudiant et sur des tests poussés ». Les candidats passent ainsi des tests de logique, mais aussi des tests d’anglais et s’entretiennent à propos de leur motivation et de leur sensibilité au numérique et à l’informatique avec les recruteurs de l’école.

« L’engagement doit être fort puisque le rythme de l’Epitech est très soutenu », nous explique Pascale Chevassu. En effet, l’Epitech propose une formation de développeur en 5 ans et promet de faire de ses étudiants des experts en développement dans tous les langages et sur tous les supports, ce qui implique un rythme de travail spartiate.

EPITECH2

Une pédagogie innovante basée sur la prise d’autonomie

En effet, l’Epitech a été l’instigatrice du modèle aujourd’hui reproduit par toutes les formations de développeurs. Elle base sa pédagogie sur l’apprentissage en autonomie. Ainsi, les futurs développeurs ne suivent pas de cours magistraux comme dans les universités. Une fois de plus, l’école rompt avec les codes traditionnels de l’éducation. Pas de cours magistraux, mais un cursus très professionnalisant basé sur des multiples projets personnels et collectifs. « La philosophie de l’Epitech, c’est que la connaissance se trouve tout autour de nous, et c’est à nous d’aller la chercher », souligne Pascale Chevassu.

Cette méthode d’apprentissage par la réalisation de projets fait la force des profils de l’Epitech, qui deviennent des développeurs extrêmement polyvalents. Le but est de faire d’eux des professionnels capables d’appréhender n’importe quel type de technologie. Cette méthode est particulièrement innovante au sens où l’Epitech forme des experts en développement pluridisciplinaires capable de s’approprier tous les types de technologies sur tous les supports, Mac, Windows ou encore Linux.

 

Les deux premières années, l’école met l’accent sur l’enseignement des fondamentaux. Les étudiants apprennent les langages socles de l’informatique, notamment durant les cinq premières semaines appelées « La Piscine » dans le monde de la programmation. Durant ces cinq semaines, les étudiants programment de 8h à 22h dès la rentrée en première année. « Cette immersion est très formatrice pour les étudiants car cela les pousse à devenir autonomes. Ils cherchent, font des tests, cheminent jusqu’à la réussite, ou parfois échouent. À l’Epitech, on affronte ses peurs, et notamment la peur de l’échec » s’exclame Pascale Chevassu.

La troisième année à l’Epitech constitue une année charnière orientée vers l’entrepreneuriat. Les étudiants commencent à travailler sur leur projet phare, l’Epitech Innovative Project, qui durera deux ans. Ce projet est traité par groupes de 10 à 12 étudiants. L’Epitech aide les différents groupes à monter leur start-up au mois de septembre, et dès le mois de février les sujets sont tous structurés par un Business Model Canvas.

En quatrième année, les étudiants font un séjour à l’étranger. Ce cycle d’ouverture sur le monde leur permet de choisir parmi 44 universités partenaires dans le monde où ils suivent des cours différents et continuent à travailler sur leur Innovative Project, même quand tous leurs camarades sont dispersés aux quatre coins du monde. La dernière année se concentre sur l’avenir professionnel avec deux stages en entreprise à réaliser. Durant leur cinq années passées à l’Epitech, les étudiants effectuent cinq stages différents. De quoi se familiariser avec le monde professionnel ! En dernière année durant leur stage de fin d’étude, environ 60% des étudiants sont déjà en CDI.

 

Un pari fou : 100% d’employabilité à la clé !

Comme nous le confirme Pascale Chevassu, 100% des étudiants trouvent un emploi directement après leurs études, dont 96% en CDI et 94% sous le statut de « cadre » ou « cadre supérieur » : une situation plus qu’enviable  dans une période de crise !  Il est clair que les profils de développeurs sont extrêmement recherchés. Mais ce qui fait la spécificité des étudiants de l’Epitech, c’est aussi leur savoir-être au-delà de leur expertise technique. En effet, comme nous l’explique Pascale Chevassu, les étudiants se voient proposer mis à part les divers modules techniques des cours pédagogiques dédiés au développement personnel et professionnel, avec par exemple des cours de prise de parole en public.

« Nous cherchons à développer le potentiel d’e-leadership de nos étudiants aux maximum. En tant que futurs développeurs full stack pour la plupart, ils doivent avoir une capacité à s’adapter à n’importe quel type d’environnement, qu’il soit culturel ou professionnel ». Selon la définition du Syntec numérique, « Le e-leadership constitue la somme de compétences (techniques, méthodologiques et humaines) nécessaires pour exploiter les opportunités liées à Internet et aux technologies de l’information ».

 

En majorité, les diplômés trouvent un poste de développeur à la sortie de l’école, mais beaucoup se dirigent également vers des postes d’ingénieur informatique, chef de projet, consultant, ou encore auto-entrepreneur. En effet, cette dernière catégorie n’est pas des moindres puisqu’environ 12% des étudiants se tournent vers l’entrepreneuriat après leurs études selon les chiffres de l’année 2016. « Nous formons des makers », de véritables entrepreneurs en herbe selon Pascale Chevassu.

En effet, de nombreuses start-ups ont été créées au sein de l’Epitech, comme celle de Clément Serrat qui témoigne sur le site. Avec son équipe durant leur Innovate Project en troisième année, ils créent Lilly, un logiciel de fidélisation du client gratuit destiné aux PME. Une expérience riche autant humainement que professionnellement pour les étudiants qui sont formés durant toute leurs études supérieures à mener des projets à bien, d’envergures de plus en plus grandes.

Cette année, le lauréat des Epitech Innovative Projects a été le projet baptisé Orbit, présenté ci-dessous :

 

Si vous aussi vous cherchez un développeur, rendez-vous sur ProvideUP !

 

Crédits photos : Epitech.eu