Initialement, les cabinets de recrutement ont été conçus pour aider les entreprises dans leur recherche de nouveaux collaborateurs. En effet selon les domaines, une entreprise peut rencontrer des difficultés à trouver un collaborateur, ce qui est souvent dû à la rareté du profil recherché. Les entreprises rencontrent actuellement ce type de difficultés pour trouver des développeurs par exemple, le profil étant hautement recherché par tous types de secteurs d’activité. En effet, selon l’étude récente menée par Indeed, c’est l’Europe toute entière qui assiste à une pénurie des profils pour le secteur du numérique et des technologies. La quantité d’offres d’emploi est beaucoup plus élevée que le nombre de candidats réellement qualifiés : on observe un écart de 25% entre la demande des entreprises et l’intérêt des candidats à Paris et un manque de 50 000 développeurs dans toute la France.

Certains cabinets de recrutement se sont ainsi spécialisés dans la recherche de certains profils pour maximiser leurs chances auprès des entreprises.

Cependant, la question de l’avenir des cabinets de recrutement à l’ère du tout numérique se pose. En effet, le secteur du recrutement est en constante évolution depuis l’avènement d’internet puisque les Directeurs des Ressources Humaines ont aujourd’hui directement accès aux profils des candidats qui postulent la plupart du temps à des offres en ligne et la fonction de recrutement se retrouve souvent internalisée au sein de l’entreprise.

 

L’évolution des entreprises et des pratiques managériales, l’arrivée de nouveaux acteurs et l’apparition de nouvelles plateformes disruptives contribuent à faire évoluer les pratiques en la matière. Acteur traditionnel du secteur des ressources humaines, les cabinets de recrutement sont-ils en voie d’extinction ?

 

Les réseaux sociaux : ennemis n°1 ?

Selon une étude réalisée par l’Insee en 2013, un candidat sur trois utilise les réseaux sociaux lors de sa recherche d’emploi, et la plupart sont des jeunes et des candidats diplômés. De plus, 66% des recruteurs prêtent une attention toute particulière au profil LinkedIn des candidats.

 

réseaux sociaux étude

Et même si les candidats ne postent pas directement leur recherche d’emploi sur leur profil, la plupart des nouveaux entrants sur un marché prennent la peine de créer un profil Viadeo ou LinkedIn par exemple, ce qui permet aux recruteurs internes à l’entreprise de consulter rapidement leur profil et de pouvoir observer leur CV en ligne en quelques clics.

Ainsi, les réseaux sociaux professionnels représentent une menace pour les cabinets de recrutements au sens où ceux-ci proposent à la vue de tous des informations que les cabinets étaient auparavant les seuls à détenir. Ce qui faisait précédemment la valeur ajoutée du cabinet de recrutement, la raison pour laquelle on y faisait appel, est aujourd’hui présente sur tous les réseaux… De plus, avec l’essor des plateformes en ligne permettant de recenser les candidats par spécialité ou encore le développement des activités en freelance, les cabinets de recrutement doivent apporter une nouvelle valeur ajoutée.

Pour les cabinets, il ne s’agit donc plus de trouver des candidats adaptés mais de conseiller l’entreprise sur la marche à suivre et le profil du candidat idéal.

 

Du recrutement sur mesure

Outre le fait trouver les bons profils à proposer à l’entreprise, le cabinet de recrutement doit également accompagner le client dans sa recherche au milieu du flot de candidats potentiels. En effet, de nombreux Directeurs des Ressources Humaines se disaient déçus par la prise en main des cabinets de recrutement. L’Express rendait compte au début de l’année 2016 de leur profonde insatisfaction :

« Nous embauchons une centaine de collaborateurs par an et, quand nous passions par des cabinets extérieurs nous avions en permanence une trentaine de postes non pourvus. C’était ingérable. En dépit de coûts élevés (20% du salaire annuel brut du salarié), les consultants ne parvenaient pas à cerner nos besoins et nos valeurs, se souvient Brigitte Schifano, DRH de Aramisauto.com. Les candidats qu’ils nous envoyaient ne correspondaient pas à ce que nous attendions et le turn-over était de ce fait trop élevé ».

Il s’agirait dès lors d’accompagner l’entreprise dans une mission de conseil en recrutement en tant qu’expert. Les cabinets offriraient ainsi leurs services sous la forme de prestations de conseil en capital humain, et non plus directement en recrutant les collaborateurs.

 

D’autre part, les cabinets ne doivent plus hésiter à se servir eux-mêmes des réseaux sociaux pour trouver le collaborateur idéal pour leur client et développeur leurs méthodes de sourcing, c’est-à-dire de recherche et d’analyse de profils pour des postes précis, vers le numérique.

Sourcing

En effet, il est intéressant de constater que 90% des cabinets de recrutement utilisent les réseaux sociaux pour le sourcing, et 84% l’approche directe, selon une enquête d’Oasys Consultants. Cette montée en flèche des réseaux sociaux et, notamment, de LinkedIn, est assez impressionnante. Ces outils se démarquent clairement des autres méthodes de sourcing , puisqu’en l’espace de huit ans, leur taux d’utilisation est passé de zéro à 90% !

 

Enfin, les cabinets pour survivre doivent de plus en plus se spécialiser dans la recherche d’un type de profils en particulier. Les chasseurs de tête dans le domaine du numérique, notamment à la recherche de développeurs aux profils divers, sont en plein essor. Comme pour les marques, les recruteurs doivent de plus en plus jouer sur la différenciation. Cela garantit aux entreprises une expertise sur un type de métier en particulier, ce qui n’est pas négligeable notamment en ce qui concerne les métiers de l’informatique.

 

 

L’avenir : une mise en relation 100% en ligne et automatisée ?

En 2014, une étude de la Harvard Business Review sur les méthodes de recrutement a fait de nombreuses vagues. En effet, l’étude explique que la sélection faite par un algorithme serait environ 25 % plus pertinente que la décision finale d’un recruteur pour trouver le bon collaborateur.

Selon les auteurs, la principale explication de ce résultat est la difficulté pour l’esprit humain à synthétiser objectivement les informations collectées à propos des différents candidats. En effet, certains détails parfois secondaires peuvent faire pencher la balance en faveur d’un candidat, alors que d’autres critères plus importants seront écartés. Autrement dit, là où le jugement humain est faillible, une équation optimisée par un ordinateur est apparemment plus imparable. L’étude conclut en encourageant fortement les entreprises à utiliser les algorithmes durant le processus de sélection, en laissant le soin au département des Ressources Humaines de faire le choix final.

 

Cependant, il serait réducteur de penser qu’un algorithme serait capable de remplacer les relations humaines et que la disparition des cabinets de recrutement serait déjà programmée. Un recrutement ne repose pas uniquement sur des qualifications adéquates, il s’agit également d’une certaine affinité entre le candidat et l’entreprise, ses valeurs et ses intérêts. Le recrutement est avant tout un processus humain : on recrute un collaborateur, avec qui l’équipe passera beaucoup de temps à travailler. De plus, les subtilités des recruteurs pour mener à bien un entretien d’embauche ne peuvent encore être intégrées pas un algorithme. Ainsi, mieux vaut considérer le salarié comme un collaborateur et non comme une suite de compétences, votre management n’en sera que plus réussi !

 

Sources :

http://rmsnews.com/quels-cabinets-de-recrutement-survivront/

http://www.lexpress.fr/emploi/conseils-emploi/un-candidat-sur-trois-utilise-les-reseaux-sociaux-pour-trouver-un-emploi_1690586.html

http://www.sciences-po.asso.fr/gene/main.php?base=324&action=details&id_news=940

https://hbr.org/2014/05/in-hiring-algorithms-beat-instinct/ar/1?utm_campaign=Socialflow&utm_source=Socialflow&utm_medium=Tweet

http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/recrutement/ces-drh-decus-des-cabinets-de-recrutement_1700882.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter&utm_campaign=Echobox&utm_term=Autofeed#link_time=1437578316

http://www.altaide.com/blog/penurie-europeenne-des-profils-pour-le-secteur-des-technologies/