Les publicités, un contenu de plus en plus énervant pour les internautes ?

Oui, selon Opera ! Cette société norvégienne propose un navigateur pour surfer le net avec une technologie anti-publicités intégrée, disponible sur Mac, Windows et Linux, et le secteur de la publicité risque de froncer les sourcils. Elle lance cette semaine un test via son canal « Developer ».

Cette technique aurait notamment pour but de rendre le chargement des pages plus rapide. La promesse du navigateur sera-t-elle tenue ?

 

Opera

Accédez directement à la publication Twitter d’Opera en cliquant sur l’image !

 

Selon les dires de la société, nous aurions un gain de temps d’affichage des pages jusqu’à 90%, 45% en moyenne, grâce à l’intégration directe d’un bloqueur de publicités au sein du navigateur. Le résultat s’appuie sur un test réalisé sur 66 pages web. Et pour prouver sa bonne foi, la société propose un module test intitulé « Speed test », indiquant le temps de chargement d’une page avec ou sans technologie anti-pub.

Effectivement, plus les pubs et trackers sont nombreux sur une page et plus le navigateur se voit forcer d’initier des connexions pour charger ce contenu secondaire qui nécessite parfois beaucoup plus de temps que le contenu premier, celui recherché par l’utilisateur ! Un critère doublement intéressant pour les internautes, qui se montrent de plus en plus fatigués de cette publicité qui paraît les poursuivre partout où ils vont : spams, bannièrs, pop-ups, interstitiel, vidéos en pré-roll… Une liste qui hérisse les poils de l’internaute averti.

Selon l’étude présentée par IAB France et réalisée par Ipsos ce mercredi 9 mars à propos des Adblockeurs , 30% des français sont équipés d’un Adblockeur. 85% des internautes équipés le font car la publicité perturberait leur navigation, et 71% estiment que la publicité est de plus en plus énervante, et ce sont IAB et Ipsos qui le disent !

infographie adblockeurs

Le blocage des publicités serait d’ailleurs particulièrement apprécié des français selon une étude publiée en septembre 2015 par comScore. A l’époque, 27% des français utilisaient un Adblockeur contre 24% des allemands, 16% des canadiens, 10% des britanniques et seulement 9% des américains ! Visiblement, les internautes français sont envahis et dépassés par les publicités sur le web.

 

Quelles conséquences pour une telle proposition ?

 

La proposition est alléchante, mais elle n’est cependant pas nouvelle. Next Inpact nous rappelle que celle-ci a déjà été utilisée par Asus, Samsung ou encore Apple avec Safari.

Opéra bloquerait toutes les publicités, et aucune fonctionnalité ne propose pour le moment de ne bloquer que certains sites ou de désactiver le bloqueur pour un site choisi par l’utilisateur. Nous savons que les publicités font vivre certains sites, et un visiteur avec un Adblockeur les empêche d’avancer. Comment faire connaître les nouveautés et faire décoller les entreprises sans l’outil extrêmement précieux qu’est la publicité ? Utilisée sagement, elle peut même plaire aux internautes : mais nous en sommes encore loin.

Pour les publicitaires prônant une pratique « responsable », il n’y a donc pas véritablement d’alternative face à un navigateur comme Opéra. Ils seront sacrifiés sur l’autel du confort de l’utilisateur.

 

 

La publicité doit-elle se renouveler ?

 

Selon l’étude publiée par Ipsos et IAB France, l’internaute ne serait pas « publiphobe » par essence, et il admet toutefois que la publicité est de plus en plus ciblée et pertinente (notamment grâce aux données collectées par les « cookies »).

Mais les publicités sont tout de même trop présentes et trop agressives : elles interfèrent souvent sur la navigation et empêchent l’internaute de surfer de manière fluide. De plus, elles forcent souvent les vues en étant le passe-droit pour accéder à un contenu, ce qui est assez mal vécu par les utilisateurs.

Quelle norme serait donc acceptable pour les utilisateurs ? La publicité devrait renégocier avec l’utilisateur en proposant des contenus moins nombreux, moins intrusifs et plus divertissants. Car la publicité n’est pas seulement gênante sur Internet : 86% des personnes interrogées bloqueraient la publicité sur les autres médias si cela était possible, ce qui inclut par exemple des médias traditionnels comme la télévision ou encore la radio. Ce chiffre assez alarmant démontre l’impression extrêmement forte d’intrusion dans la sphère personnelle du consommateur, qui rejette surtout l’abondance de publicités parfois irritantes et (souvent) répétitives (« Carglass répare, Carglass…  » stop !).

En attendant, l’Interactive Advertising Bureau (IAB), le principal représentant des professionnels de la publicité, a publié un guide destiné aux éditeurs de sites pour contrer la mise en place des bloqueurs. La contre-attaque : un script capable de détecter les technologies anti-pub et des manières de proposer à l’internaute de ne pas se laisser aller au filtrage. Dans le cas où l’internaute persisterait, un accès limité au contenu serait proposé. Une solution en demi-teinte qui promet un bras de fer légendaire entre les professionnels de la publicité et les fans de Adblockeurs. Une affaire à suivre !

 

Sources :

Etude Ipsos et IAB publiée le 9 mars 2016 « Baromètre Adblock »

Dirigée par :

Agnès Gilbert, Directeur Digital France, Ipsos Connect

Christophe Dané, Administrateur IAB France

 

http://www.nextinpact.com/news/99003-opera-se-prepare-a-integrer-bloqueur-publicite-natif-et-test-rapidite.htm

http://www.01net.com/actualites/opera-propose-un-navigateur-anti-pub-pour-windows-mac-et-linux-958174.html

http://www.20minutes.fr/high-tech/1804479-20160311-opera-presente-premier-navigateur-bloqueur-pubs-integre

http://www.leparisien.fr/high-tech/les-solutions-anti-pub-sur-internet-se-multiplient-et-seduisent-les-francais-11-03-2016-5620585.php