Depuis quelques années, on observe des changements dans les méthodes de recrutement. Ce phénomène peut s’expliquer par différents facteurs comme le développement d’internet et des réseaux sociaux, les contraintes liées aux entretiens ou encore l’uniformité des candidatures.

Voici une présentation de quelques unes de ces nouvelles tendances.

 

L’utilisation d’internet et des réseaux sociaux

 

  • Recrutement par les réseaux sociaux

Actuellement, 56% des recruteurs utilisent les réseaux sociaux pour rechercher des candidats potentiels. Ce n’est pas toujours la méthode la plus utilisée, mais elle est devenue une pratique courante bien qu’elle soit très chronophage pour les recruteurs. Il existe deux types de réseaux sociaux : les professionnels et les non professionnels. Les deux sont toutefois utilisés à titre professionnels. Les groupes Facebook sont par exemple utilisés par les recruteurs.

Parmi les réseaux sociaux professionnels, les plus connus sont LinkedIn et Viadeo. Cependant le premier semble depuis quelques temps l’emporter sur le second en France. Chaque inscrit crée un profil comprenant des informations générales sur son identité, sa formation et ses expériences. Il est aussi possible d’indiquer ses compétences, ses loisirs ou ses différents engagements associatifs. Il s’agit d’un véritable CV virtuel. Les utilisateurs peuvent s’ajouter entre eux et ainsi construire leur propre réseau. La prise de contact est facilitée car ils disposent d’une messagerie instantanée. Les nouvelles de chacun sont ensuite diffusées dans un fil d’actualité.

 

Les réseaux sociaux professionnels ont différentes fonctions. Tout d’abord, ils peuvent être simplement consultatifs. Les recruteurs se rendent sur le compte d’un candidat avant ou après un entretien uniquement pour observer leur profil, passer en revue certaines informations et décider de donner suite ou non. Ils peuvent également constituer un outil de recrutement pour repérer certaines personnes qui n’ont pas nécéssairement postulé à une offre. C’est notamment le rôle des chasseurs de tête dont le métier est de rechercher des profils rares, dont les compétences sont très prisées. Enfin, certaines fonctionnalités des réseaux sociaux professionnels permettent aux entreprises de poster des offres de stages ou d’emplois auxquelles les utilisateurs peuvent directement postuler.

Parmi les réseaux sociaux non professionnels, on trouve Twitter, Facebook ou encore Pinterest où certaines offres de stages ou d’emplois sont relayées par les comptes des entreprises. Cependant, les postulants ne peuvent pas déposer leur candidature directement et sont redirigés vers une plateforme ou le site internet de l’entreprise. Pour le moment peu de recruteurs d’entreprises classiques sont présents sur les réseaux sociaux non professionnels. En revanche beaucoup de startups recrutent directement sur les réseaux sociaux, notamment Facebook via les groupes spécialisés.

Les réseaux sociaux servent aussi à mettre en avant la marque employeur et communiquer à ce sujet auprès des candidats actuels ou futurs.

 

  • Les job boards

Un job board est un site internet de recrutement qui recense et propose des offres d’emplois ou de stages en temps réel. Pour affiner les recherches et trouver une annonce adaptée à chaque profil, des options existent comme la localisation, la fonction, le niveau de qualification, le secteur d’activité…  Une fois un compte créé, le candidat peut y déposer son CV et recevoir des alertes par mail si des annonces correspondent à son profil. Parmi les sites les plus connus, on trouve par exemple Monster ou encore RegionsJob. Le business model de ces plateformes est souvent le fait de faire payer l’employeur pour déposer une annonce, contrairement aux cabinets de recrutement qui prélèvent une commission sur les embauches.

 

  • Les serious games

Cette méthode met en avant les compétences des candidats plutôt que leurs expériences ou leurs formations. D’une manière ludique et par le jeu, ils sont virtuellement mis dans des situations qu’ils pourraient rencontrer s’ils occupaient le poste pour lequel ils postulent. Leurs actions et leurs comportements sont observés et étudiés. Il s’agit d’un recrutement sans CV. Bien que ce mode de recrutement se développe, pour le moment seulement 5% des entreprises ont recours aux serious games.

Voici quelques exemples de serious games sur ProvideUP

 

Le jobdating

Cette méthode consiste à organiser des sessions de rencontres individuelles entre recruteurs et candidats. La particularité est que l’entretien ne dure seulement que très peu de temps (en moyenne 10 minutes). Pour le recruteur, le but est d’optimiser son temps et voir le plus de candidats possibles. Il faut donc être efficace et bien cibler ses questions. Le candidat doit se montrer convaincant et persuasif rapidement.

 

Les start-ups innovent dans le recrutement

Les start-ups spécialisées dans le domaine du recrutement se multiplient actuellement, en proposant des idées toujours plus innovantes.

Certaines d’entre elles comme Easy Recrue  ou VisioTalent ont misé sur l’utilisation de logiciels. Elles offrent aux recruteurs la possibilité de faire passer des entretiens vidéos différés à leurs candidats à partir d’un questionnaire préalablement établi. Ils sont ensuite visionnés et les recruteurs qui n’ont plus qu’à faire leur choix. Cette méthode permet un gain de temps à la fois pour les entreprises et les candidats.

D’autres start-ups ont fait le choix de se tourner vers le développement d’applications mobiles. C’est le cas de Kudoz ou encore Qapa, qui se basent sur le modèle du swipe. A partir d’informations piochées sur le profil LinkedIn de l’utilisateur et en fonction de sa géolocalisation ainsi que de ses intérêts, des offres d’emplois ou de stages lui sont proposées. Elles sont donc bien adaptées à son profil et la recherche se fait de manière rapide et ludique.

 

La Cooptation: une méthode qui bouscule les codes de l’emploi

Le principe de la cooptation est de recruter des employés à partir de profils soumis par des membres de l’entreprise. Si le candidat qu’ils ont proposé est choisi, ils perçoivent une rémunération (elle correspond souvent à un pourcentage du salaire annuel du nouvel employé). La rémunération au résultat permet de diminuer le risque pour l’entreprise qui n’a pas à payer à l’avance sans garantie. Les entreprises utilisent de plus en plus cette façon de faire, car elle est peu coûteuse et permet de gagner du temps. En effet, les profils présentés sont déjà filtrés par ceux qui les proposent donc plus adaptés à l’offre.

Face à l’engouement autour de ce concept, de nombreux sites internet ont vu le jour. Parmi eux, Coop-time , Keycoopt, Coopt-action, ou bien BeeCoopt. Les entreprises intéressées paient (ou pas suivant les plateformes) pour poster leur offre d’emploi, puis chaque inscrit sur le site peut proposer la candidature d’une personne de leur réseau qui pourrait correspondre. Si elle est choisie, il touche une certaine somme d’argent en retour (de 500 à 1000€ environ).

Sanstitre

 

L’évolution des CV

Souvent accompagné d’une lettre de motivation, le CV est un outil traditionnel pour chaque candidat souhaitant postuler de manière spontanée ou en réponse à une offre. La concurrence est souvent rude entre les postulants, car ils sont en général plusieurs pour une seule place. Ils doivent donc se démarquer pour faire en sorte que leur CV tape dans l’œil du recruteur.

 

Quelques tendances originales ont vu le jour :

  • Les CV personnalisés

L’idée est d’envoyer un CV personnalisé à chaque entreprise contactée. Bien que le fond puisse être conservé, la forme varie selon chacune d’entre elle. Cela passe par un travail sur le graphisme, un code couleur, des images, des références aux produits ou services… C’est une preuve de la sincérité de la démarche du candidat, de sa motivation pour travailler au sein de l’entreprise et de l’intérêt qu’il lui porte.

  • Les CV sous différents supports

En parallèle des CV classiques sous format papier ou numérique, les CV apparaissent sur tout type de support. C’est le cas de la présentation vidéo qui est de plus en plus utilisée. D’autres candidats vont encore plus loin en les imprimant sur des tee-shirts, des dépliants, des ballons, des bouteilles… Un développeur et webdesigner, Robby Leonardi a même créé son propre jeu vidéo présentant son CV. C’est un moyen d‘expression intéressant pour mettre en valeur ses compétences,  sa créativité ou son côté artistique.

 

 

Sources :

http://www.capital.fr/carriere-management/dossiers/emploi-les-nouvelles-tendances-du-recrutement-1005275

http://www.focusrh.com/recrutement/externalisation-du-recrutementinterim/les-tendances-et-les-nouvelles-methodes-de-recrutement-25009.html

http://www.coindusalarie.fr/salaire/recrutement-nouvelles-methodes

http://ressources.blogdumoderateur.com/2015/02/Enquete-RecrutementRegionsJob_2015.pdf

http://www.easyrecrue.com/solutions/easyrecrue-comment-ca-marche.htm

http://www.webmarketing-com.com/2014/10/15/32169-5-startups-revolutionnent-recrutement-en-ligne

http://www.dynamique-mag.com