Pour certains observateurs, le réseau social Instragram se trouve actuellement à son apogée et s’apprêterait à entamer une phase de déclin. Cet avis n’est pas celui d’eMarketer, institut anglo-saxon spécialisé dans la publicité et les médias, dont l’étude réalisée en septembre 2015 annonce un avenir radieux à la plateforme. Instagram est il, comme ils l’affirment, le futur eldorado des annonceurs ?

 

La publicité sur Instagram a été introduite très progressivement en 2015, et elle a généré environ 595 millions de dollars au niveau mondial, soit environ 527 millions d’euros. Aujourd’hui détenue par Facebook, ce que Slate considérait comme un pari risqué en 2012, la plateforme d’édition et de partage de photos comptabilise plus de 40 milliards de photos partagées. Selon les chiffres donnés par le réseau social lui-même, 400 millions de personnes seraient actives chaque mois, soit 100 millions de plus que l’année dernière.

D’après les prévisions de eMarketer, les revenus publicitaires sur mobile d’Instagram aux Etats-Unis dépasseraient ceux de Twitter et même Google en 2017. Le réseau social rapporterait 2,39 milliards de dollars d’ici un an, alors que Google capitaliserait seulement 2,38 milliards de dollars et Twitter 2,29 milliards.

 

emarketeur-instragram-chiffres2

 

Cependant, Google resterait devant Instagram sur l’ensemble des revenus publicitaires puisque le moteur de recherche a fait de l’intégration d’espaces publicitaires son cœur de métier.

En 2015, les revenus publicitaires d’Instagram comptaient pour 5% des revenus publicitaires totaux de Facebook dans le monde. Ce chiffre pourrait s’élever à 14% pour l’année 2017, ce qui représente un revenu non négligeable.

Selon Debra Aho Wiliamson, une des analystes commerciales d’eMarketer, les annonceurs utilisant Instagram pourront bénéficier des outils de ciblage personnalisés déjà proposés par Facebook. Une proposition extrêmement alléchante pour les annonceurs.

Toujours durant l’année 2015, la grande majorité des revenus publicitaires d’Instagram étaient issus des Etats-Unis, soit 95%. L’application  concentre également la majeure partie de sa communauté en Amérique du Nord, avec 64,2 millions de personnes recensées l’année dernière. Selon eMarketer, ce nombre pourrait augmenter jusqu’à atteindre 111,6 millions de personnes en 2019. Mais l’application connaît un succès important dans le monde entier et les publicités sur Instagram existent aujourd’hui dans 7 pays différents à l’internationale : l’Australie, le Brésil, le Canada, la France, l’Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni.

 

Instagram modifie progressivement son algorithme depuis le mois de mars 2016 pour abandonner l’affichage chronologique des publications. En effet, cet affichage ne permettait pas aux mobinautes de voir tous les contenus de leur fil d’actualité. Selon les chiffres de l’application, les mobinautes passeraient à côté d’environ 70% des contenus avec ce système. Le nouvel algorithme permettrait de classer les contenus en fonction de ce que les mobinautes ont vu, aimé, et les personnes avec qui ils interagissent le plus, comme sur Facebook. Cependant, cette nouvelle n’a pas fait l’unanimité chez les adeptes d’Instagram et plusieurs pétitions en ligne ont déjà été lancées contre ce nouvel algorithme, qui aurait également pour effet de mieux mettre en valeur les publicités…

 

Pourquoi un tel engouement ?

 

La publicité sur Instagram a séduit de nombreux groupes cosmétiques, comme L’Oréal ou Sephora, mais c’est aussi le cas de grands groupes comme Air France par exemple. Alors comment expliquer un tel engouement ?

Selon James Quarles, responsable du développement chez Instagram, la publicité sur l’application devrait « être aussi engageante et de haute qualité que l’expérience du feuilletage de votre magazine préféré ». Ainsi, l’équipe des instagrammeurs est à la recherche d’une expérience plaisante pour le consommateur, d’un moment durant lequel il va pouvoir se détendre et s’inspirer grâce aux photos des ses influenceurs favoris et … des publicités ! La presse féminine regorge d’images publicitaires qui s’intègrent à merveille dans le modèle à double versant des magazines.

 

La publicité sur Instagram permet en effet de toucher une audience très ciblée avec des visuels de qualité. La plupart des publicités se fondent dans le décor et doivent donc afficher une esthétique irréprochable. Le marketing visuel est ici essentiel : votre publicité doit être comme un caméléon parmi les 800 millions de photos partagées chaque jour sur le réseau.

 

La campagne de l’annonceur sur Instagram se doit d’être particulièrement soignée, car elle ne doit pas paraître comme un contenu publicitaire à première vue (même si un petit encadré « Sponsorisé » apparaît pour des raisons juridiques). Le contenu doit être très proche de ce que les utilisateurs ont l’habitude de voir, avec un esprit « lifestyle » important. Le contenu est plus particulièrement destiné aux mobiles, un outil aujourd’hui incontournable pour les annonceurs.

Les marques ont également l’opportunité de s’appuyer sur des blogueurs et des personnalités influentes sur le réseau pour promouvoir leurs produits facilement et attirer une audience déjà à l’écoute.

 

Voici un exemple de la campagne Ruinart sur Instagram par Manuela Cathala

Voici un exemple de la campagne Ruinart sur Instagram par Manuela Cathala

 

 

Pourquoi pas vous ? Selon votre domaine de prédilection, il peut être pertinent de lancer des publicités sponsorisées sur Instagram ou bien de créer votre propre compte et partager du contenu de façon à donner une plus grande visibilité à votre marque et lui donner une identité, un caractère unique. Lancez-vous !

 

Sources :

http://www.influencia.net/fr/actualites/art-culture,luxe,instagram-apogee-debut-declin,6164.html

http://uk.businessinsider.com/emarketer-instagram-mobile-ad-revenue-forecast-2015-7?r=US&IR=T

http://www.emarketer.com/article.aspx?R=1012774&RewroteTitle=1

http://blog.instagram.com/post/141107034797/160315-new

http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/16/instagram-algorithme-ordre-chronologique_n_9475562.html