Le monde du travail change constamment, et grâce aux nouvelles technologies et à la diffusion du désir d’entreprendre, la fin d’une suprématie du salariat est sur le point d’apparaître. Selon une étude de l’EFIP, le nombre de travailleurs indépendants français a connu une hausse de 85%. Parmi les 27 pays européens, la hausse a été de 45% en moyenne.

Selon l’étude A Vision for the Economy of 2040 publiée par l’Institut Roosevelt et la Fondation Kauffmann, l’un des changements majeurs que s’apprête à subir l’économie américaine, et par extension l’économie mondiale, est le changement d’un modèle de contrats de travail traditionnels vers l’auto-entreprenariat, l’économie des freelances et les relations « peer-to-peer », de particulier à particulier.

En effet, de plus en plus de plateformes voient le jour pour mettre en relation des entreprises et des travailleurs indépendants ou des particuliers entre eux pour des services quotidiens, comme TaskRabbit aux Etats-Unis ou Needelp en France.

Si ce modèle tendait à devenir la norme, une certaine insécurité économique se ferait ressentir. De nouvelles solutions devraient être mises en place pour limiter la précarité des travailleurs indépendants. Comment s’assurer lorsque l’on travaille à la fois pour Uber et une plateforme de services entre particuliers par exemple ? En cas de baisse de l’activité économique, a combien se chiffrerait le taux de “chômeurs indépendants” ou “freelances désoeuvrés” ?

 

En 2014, 34% de la population active aux Etats-Unis sont des travailleurs indépendants, soit environ 53 millions de personnes. Qui sont donc ces travailleurs d’aujourd’hui et de demain ?

 

Les travailleurs indépendants : des situations diverses

 

Les travailleurs indépendants classiques

Ces freelances sont sur le modèle « classique » du travailleur indépendant et représentent aux Etats-Unis 40% de la population des freelances au total, soit 21,1 million de personnes. Ils n’ont pas d’employeur spécifique et travaillent à temps plein sur des projets avec divers annonceurs.

 

Les « moonlighters »

Ces travailleurs sont avant tout des professionnels avec un travail traditionnel qui sont rémunérés chaque mois par leur employeur. Cependant, ils travaillent également de manière non-déclarée sur d’autres projets durant leur temps libre. Ils représenteraient 27% des travailleurs indépendants.

 

Les travailleurs aux multiples facettes

Ces travailleurs travaillent pour un employeur et à leur compte dans un ou plusieurs domaines différents. Par exemple, un assistant ou secrétaire qui serait également chauffeur pour Uber durant le temps libre, mais rédigeant aussi des piges pour des magazines ou des journaux.

 

Les petits entrepreneurs

Ce sont les nouveaux décideurs de demain, ceux qui lancent l’impulsion en créant des start-ups et en répondant à de nouvelles demandes souvent négligées.

Ils représentent 5% des travailleurs indépendants. Sont considérés comme auto-entrepreneurs aux Etats-Unis les freelances qui se désignent comme tels ou les entrepreneurs ayant une équipe de 5 personnes maximum.

 

Les profils des travailleurs indépendants sont donc multiples et ne se limitent pas à une seule définition. Nous verrons peut-être dans quelques années de nouvelles perspectives se dessiner, et celles-ci toucheront à l’organisation même du monde du travail. Même si on ne prévoit pas un renversement total du modèle traditionnel salarial, on peut s’attendre à certains remaniements. Cependant, on observe une certaine prédominance des profils pour le secteur de la communication et du marketing ainsi que l’art et l’immobilier.

À l’horizon 2040, quels seront donc les changement majeurs auxquels les travailleurs américains et probablement internationaux devront faire face ?

 

Les changements majeurs à l’horizon 2040

 

Des missions à court-terme 

La plupart des travails proposés ne seront plus des CDI mais plutôt des CDD et des contrats en freelance. Si auparavant travail rimait avec sécurité pour la plupart des américains, il a été prouvé depuis que ce que l’on considère comme un « bon » travail n’est plus aujourd’hui l’atout pour une économie en meilleure santé.

Les travailleurs seront donc amenés à travailler sur des missions multiples et variées, qui s’étendent sur plusieurs jours, plusieurs mois ou parfois des années. Si cela devient la norme comme le prévoit l’étude, l’économie reposera sur les PME et les entreprises moyennes.

 

Des plateformes proposant des talents à la carte  

On prévoit que de plus en plus de plateformes proposeront des profils “à la carte” aux annonceurs avec des chasseurs de têtes spécialisés. Si le nombre de travailleurs indépendants évolue à la vitesse prévue, il faudra des plateformes intelligemment construites pour les rendre visibles et les recenser.

Celles-ci devront miser sur une mise en avant qualitative des profils en proposant uniquement des professionnels qualifiés dans leur domaine voire spécialisés.

 

Les freelances doivent toujours réfléchir sur le long terme : ils doivent sans cesse prévoir leurs prochains projets tout en étant extrêmement investis dans leur mission actuelle. Pas toujours facile pour eux d’être dans l’opérationnel et dans le commercial en même temps. Au fur et à mesure du temps, les compétences demandées évoluent rapidement, ils seront donc contraints de travailler sur celles-ci pour toujours s’améliorer. Ils doivent donc être également dans un processus de formation continue.

 

Pour réussir à l’avenir, il faudra donc faire montre d’un esprit d’entrepreneuariat  à toute épreuve avec une constante envie d’évoluer. Les freelances d’aujourd’hui ont déjà conscience d’être constamment évalués au fil de leurs missions. Chaque avis comptera pour la prochaine mission, leur travail doit donc se montrer irréprochable. Les freelances sont d’autant plus déterminés à combler leurs clients puisque leur avenir en dépend.

Alors, faut-il encore critiquer nos gouvernements pour ne pas créer assez de CDI ? Si l’on en croit cette étude, c’est une révolution de l’organisation même du monde du travail qui s’opère, et la tendance ne risque pas de s’inverser dans les prochaines années.

 

Une protection sociale accrue

Pour faire face à cette nouvelle vague de travailleurs, des modifications structurelles sont à prévoir, notamment en ce qui concerne les systèmes d’assurance, de protection sociale et de prêts bancaires. Si tous ceux-ci ont été initialement créés pour des personnes en CDI, ils devront être intégralement revus pour les travailleurs indépendants.

Pour pouvoir se développer, les freelances ont donc besoin de dispositifs leur assurant une plus grande stabilité et leur permettant de se promouvoir. En France, la sécurité sociale couvre 70% des soins courants et 100% des soins liés aux maladies graves. L’important reste donc de souscrire à une assurance avec un contrat de prévoyance. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cet article de notre blog qui traite des assurances que doivent prendre les freelances ou entrepreneurs au moment de se lancer. 

 

 

Pour aller plus loin, nous vous conseillons de consulter cette étude très complète sur le statut et les situations que rencontrent les professionnels indépendants ou “iPros”.

 

Sources :

http://www.fastcompany.com/3049857/the-future-of-work/5-major-ways-freelancers-will-change-the-economy-by-2040

https://nextamericaneconomy.squarespace.com

http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/021284708157-les-travailleurs-freelance-vont-ils-transformer-leconomie-1148679.php?hD054cPJ78iAJ3kZ.99

https://fu-web-storage-prod.s3.amazonaws.com/content/filer_public/7c/45/7c457488-0740-4bc4-ae45-0aa60daac531/freelancinginamerica_report.pdf

http://www.cnbc.com/2014/01/29/obama-is-the-job-of-the-future-a-freelance-one.html