Aujourd’hui, plus de 1 600 élèves sont formés chaque année à l’ECV sur ses cinq campus répartis dans toute la France, à Paris, Nantes, Bordeaux, Lille et Aix-en-Provence. L’École de Communication Visuelle, très réputée, ne date pas d’hier. En effet, elle a été fondée en 1984 dans la capitale française et l’on peut retrouver ses diplômés partout dans le monde. Nous faisons aujourd’hui un petit focus sur une école devenue l’un des acteurs majeurs dans les domaines du design, de  la publicité, de l’édition, du digital, et du cinéma d’animation.

 

L’ECV, une école ouverte à tous

Visuel

L’ECV est une école certes réputée pour ses graphistes et ses Directeurs Artistiques, cependant elle ne recrute pas seulement des férus de dessin, mais des profils venant de tous horizons. Comme nous l’explique Virginie Grummer, responsable du Cycle Mastère de l’école, “la condition première d’admission, c’est la motivation”. En effet, avant même de chercher à recruter des profils créatifs, l’ECV recherche des personnes impliquées et motivées. “Avant même la créativité, la notion de curiosité nous intéresse tout particulièrement” martèle Virginie. Bien sûr, un excellent book vous fera plus facilement entrer dans l’école, cependant une motivation de fer est la clé.

 

Églée, aujourd’hui en poste au sein de l’agence Hérézie, nous explique sa démarche vers l’ECV : “Mes parents ayant respectivement fait les arts décoratifs et les beaux arts à Paris, j’ai eu cette fibre artistique très jeune à travers les musées et les voyages. J’avais envie de trouver mon école à moi. J’ai fait des recherches avant la fin de mon baccalauréat et je suis tombée sur l’ECV qui avait déjà une excellente réputation et qui offrait une section plus dans la communication et la publicité au fur et à mesure des années, ce qui m’a beaucoup plus”.

 

Design, Animation et Digital : les trois piliers de l’ECV

ECV digital

Même si l’ECV est reconnue pour sa formation axée sur la créativité, elle propose surtout des enseignements généraux qui pourront préparer les étudiants à toutes les éventualités auxquelles ils devront faire face durant leur vie professionnelle. En effet, comme le souligne Virginie Grummer, il est très important de conserver une partie théorique et de garder un lien avec l’expression écrite. “La partie la plus importante de la formation est une formation graphique, mais on ne peut passer à côté de l’écrit et de la théorie. De nombreux étudiants se lancent en tant qu’indépendants ou fondent leur propre structure, ils vont être amenés à travailler avec des marketeurs, à faire face à des briefs clients et à des notions de sémiologie. Réintégrer toutes ces notions générales dans nos formations nous a donc paru essentiel”.

 

Ainsi, après la classe prépa, les étudiants peuvent bifurquer entre une formation plutôt axée sur le Design, préparant à des métiers comme Directeur Artistique ou graphiste, ou encore effectuer une formation spécialisée dans l’Animation par exemple. La formation digitale est quant à elle tout à fait indépendante et ne débute pas par l’année préparatoireDe grands noms comme Xavier Thomas, co-fondateur de Two-Dots, ou encore Ludovic Bouancheau, animateurs 3D, sont passés par l’ECV et ont depuis fait leurs preuves ! Le digital est aujourd’hui au cœur de toutes ces spécialités, et ce pour faire face à l’époque où le numérique prend de plus en plus le pas sur tout le reste. La formation ECV Digital existe depuis seulement un an et est axée sur le digital au niveau technique, donc moins centrée sur le dessin et le graphisme. Elle forme de futurs Chefs de projet, Webdesigeurs etc. “Cette formation permet d’offrir des enseignements plus techniques pour armer les étudiants aux problématiques purement digitales et numériques” nous précise Virginie Grummer.

 

De plus, les étudiants doivent réaliser au minimum deux stages durant leur scolarité, ce qui les amène à découvrir le monde des agences et à aiguiser leur sens du professionnalisme. “Nos étudiants s’intègrent très vite aux équipes et répondent toujours de façon efficace au travail demandé. Nous avons toujours eu de très bons retours des agences” souligne Virginie Grummer.

 

“Lors des portes ouvertes, j’ai pu découvrir l’ECV et je me suis rendu compte que c’était l’école qui me paraissait la plus humaine et en même temps la plus pointue”, nous explique Charles, ancien étudiant aujourd’hui en poste chez M&C Saatchi GAD. Quant à Églée, l’ECV est selon elle une école qui pousse indubitablement à donner le meilleur soi-même. “ Les intervenants sont des personnes très intéressantes. C’est d’ailleurs à l’ECV que j’ai eu la chance de rencontrer en intervenant a l’école Olivier Henry avec qui on a eu l’occasion de travailler. C’est grâce à lui que je suis en quelque sorte « rentrée dans le système ». Il m’a recrutée en stage chez DDB et puis en tant DA Junior en team chez Herezie, où je suis depuis 1an et demi maintenant” nous confie-t-elle.

 

L’ECV : une ouverture sur l’international à ne pas manquer !

Art-Institute-Boston

École d’art de Boston aux Etats-Unis

Au-delà des multiples avantages que procurent les études ou le stage à l’étranger, comme une amélioration des langues étrangères et une immersion dans un pays inconnu, “l’ouverture à l’international durant les études est une véritable nécessité aujourd’hui” explique Virginie Grummer. En effet, le travail même en France s’internationalise de plus en plus et les agences ont besoin d’avoir à leurs côtés des créatifs totalement bilingues, voire trilingues ! L’ECV met donc un point d’honneur à ce que ses étudiants partent au moins une fois à l’étranger durant leur scolarité.

 

Grâce à l’ECV, j’ai eu l’occasion en première année de Master de partir pendant 6 mois à l’Art Institute of Boston. L’expérience a été inoubliable, débarquer comme ça dans une école américaine a été très intéressant, surtout lorsque tout le système est vraiment différent” nous confie Charles. « L’approche internationale est essentielle pour connaître d’autres points de vues, d’autres méthodes de communication” souligne la responsable du Cycle Mastère. De plus, cela permet aux étudiants d’accroître leurs chances de trouver du travail et de s’expatrier pour des missions ou encore de s’installer à l’étranger s’ils le souhaitent.

 

Durant toute leur scolarité, les étudiants de l’ECV sont également en contact avec de nombreux intervenants étrangers venus du monde entier pour parler de leur profession et des spécificités de leur pays. Cela leur permet d’avoir une vue d’ensemble sur ce qui se fait dans le monde de la communication visuelle aujourd’hui, et pas seulement dans l’Hexagone. L’ouverture internationale est donc essentielle pour que les étudiants soient les plus opérationnels que possible lorsqu’ils atterriront dans le monde professionnel.
Lorsqu’on demande à Victoire, ancienne étudiante à l’ECV en Master Pub, ce qu’elle retiendrait de l’ECV elle nous parle de “l’esprit très famille.” “Quand on part de l’ECV, on s’en rend encore plus compte. Il y a un réel partage. Je vis aujourd’hui à New York et j’y ai fait plein de rencontres d’anciens de l’ECV. On finit toujours par se retrouver quelque part !”