Le site internet YouTube, qui permet d’héberger des vidéos gratuitement et de pouvoir les partager en ligne, est classé 3ème dans le classement mondial des sites internet les plus fréquentés toutes catégories confondues, derrière Facebook et Google. Le géant de la vidéo est consulté chaque jour par plusieurs milliards d’utilisateurs. Détenu par Google, son chiffre d’affaires s’élève à plus de 4 milliards de dollars et le site est accessible en plus de 60 langues différentes. Plus de 300 heures de vidéos y sont ajoutées chaque minute. Véritable succès, ces chiffres donnent le tournis.

C’est pourquoi aujourd’hui, YouTube est considéré par les jeunes talents comme un véritable tremplin pour se faire connaître. A l’instar de Squeezie, Cyprien ou Remi Gaillard, nombre d’humoristes, de musiciens, de chanteurs ou de réalisateurs de Tutos espèrent développer leur notoriété sur la plateforme. Et certains y parviennent, atteignant des notoriétés extrêmement importantes en très peu de temps !

 

Le Business Model de Youtube

Malgré une très bonne rentabilité aujourd’hui, le modèle économique de YouTube n’a pas toujours été au beau fixe. En effet, le coût très élevé des bandes passantes, nécessaires pour diffuser les vidéos, a mis le géant de la vidéo en ligne en grande difficulté à ses débuts. Autre difficulté, le contenu des vidéos, notamment le contenu musical, souvent dénoncé par les producteurs comme une violation des droits d’auteurs. Alors comment YouTube a-t-il pallié ces deux freins à son développement économique ?

 

Tout d’abord, grâce à l’évolution de son Business Model. Initialement, YouTube est une plateforme permettant de partager du contenu en ligne avec les internautes, de déposer des commentaires, etc. Ainsi, toutes les vidéos postées sont le fruit des utilisateurs du site. Cela a permis de faire la renommée de YouTube, grâce à une audience et à un nombre d’utilisateurs toujours en hausse. Toutefois, en se limitant au partage de contenu, la plateforme ne permet pas de rentrées d’argent suffisantes pour financer les nombreux coûts. C’est pourquoi le site évolue et développe, en parallèle, la diffusion de contenu, par le biais des publicités.

L’apparition de la publicité sur YouTube a été progressive : d’abord simple bande publicitaire au démarrage de la vidéo, l’utilisateur pouvait visionner n’importe quel contenu sans avoir à prêter attention aux messages publicitaires. Aujourd’hui, ce visionnage n’est possible qu’en regardant quelques secondes de publicité, et cela avant le démarrage de la vidéo. Cette façon de rentabiliser le site, utilisée par DailyMotion bien avant YouTube, a permis à la plateforme de vidéo de faire face aux difficultés économiques. Souhaitant faire évoluer régulièrement son modèle, YouTube développe finalement un système d’abonnement, afin de proposer aux utilisateurs le visionnage de vidéos sans aucune publicité en payant un forfait mensuel.

 

Enfin, pour éviter le retrait d’un trop grand nombre de vidéos et les potentielles poursuites judiciaires relatives aux droits d’auteur, YouTube développe la plateforme Vevo, destinée à la musique. Née d’un accord entre Google, YouTube et les géants du disque Sony Music Entertainment et Universal Music Group, Vevo permet à YouTube de diffuser des clips musicaux en très haute qualité tout en respectant les droits d’auteurs.

 

L’émergence des YouTubeurs et leurs rémunérations

Progressivement, ces stars qui cartonnent qu’on appelle « YouTubeurs » s’emparent du site de vidéos. Présentant des sketchs, des tutos, du sport et des jeux vidéo, le phénomène des YouTubeurs a pris de l’ampleur en France ces dernières années. Aujourd’hui, certains d’entre eux, comme Norman ou Cyprien sont considérés comme de véritables stars. En plus de la notoriété, YouTube a également permis à ses YouTubeurs de se rémunérer.

On trouve parmi le palmarès de ces YouTubeurs le suédois PewDiePie, qui commente et critique des jeux vidéo dans ses vidéos présentées uniquement en anglais. Selon le site StatSheep, il est la première star de YouTube dans le classement de leur revenu, le sien étant estimé au total à 26,1 millions d’euros. Un succès vertigineux, qui reste pour l’instant hors de portée des YouTubeurs français. En effet, Squeezie, également amateur de jeux vidéo, serait le YouTubeur français le mieux rémunéré, percevant 44 763€ net mensuel selon TutokaHD.

squeezie

Squeezie dans l’une de ses dernière vidéos

Mais alors, d’où cet argent provient-il puisqu’il est gratuit de visionner les vidéos ? Dans un premier temps, c’est le système de rémunération via la publicité mis en place par YouTube qui rapporte de l’argent aux internautes qui postent des vidéos. En moyenne, 1 000 visionnages de la vidéo lorsqu’une annonce publicitaire apparaît rapporte un dollar à celui qui l’a posté. Toutefois, cette équivalence varie selon le type de publicité diffusée (en amont de la vidéo, pendant la vidéo, etc.). De plus, cette rémunération est en baisse, car plus le média est populaire, plus le coût pour 1000 clics (CPM) diminue. Ainsi, de nombreux YouTubeurs voient leur rémunération baisser.

 

Dans un second temps, la rentrée d’argent des stars de YouTube provient du sponsoring et du placement de produit mis en place dans les vidéos postées. Les marques proposent en effet de plus en plus de contrats aux YouTubeurs pour qu’ils parlent de certains produits à leurs abonnés. Ce placement de produit se vulgarise de plus en plus pour les vidéos de Gaming (en mettant en avant un jeu vidéo) et pour les Tutos Beauté et maquillage. Selon la notoriété du YouTubeur, la rémunération pour un placement de produit varie, pouvant atteindre jusqu’à 50 000€ pour les plus célèbres d’entre eux.

Parfois critiqués par les internautes qui estiment que les YouTubeurs se rémunèrent sur la crédulité de leurs abonnés, les stars de YouTube participent aujourd’hui à un véritable business du divertissement en ligne, dont la croissance n’est pas prête de s’arrêter !

 

 

Sources :

http://citizen.co.za/afp_feed_article/10-years-later-youtube-is-a-hit-but-faces-challenges/

http://www.economiematin.fr/news-youtube-google-service-video-business-model-sevran

http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/04/10/dailymotion-et-youtube-peinent-a-gagner-de-l-argent_1179394_3234.html

Dynamique Entrepreneuriale n°67 – Mai 2016 : http://www.dynamique-mag.com/